Florence Loison

Formée initialement aux danses d’Afrique à partir de 1997, son parcours s’inscrit entre la France, le continent africain, l’Amérique du Sud et du Nord et l’Allemagne. Elle complète sa formation auprès d’artistes tels que Elizabeth Dalman, Nora Chipaumire, Carole Paimpol, Marie Lenfant, Seydou Boro, Vincent Mantsoé, Jean-Antoine Bigot, David Zambrano, Martin Piliponsky, Anya Cloud, Kirstie Simson.

Elle vit ses premières expériences d’interprète pour des soli en 2007-2008 avec Thierry Mabon et Marie Lenfant. Elle travaille également avec les compagnies de théâtre NBA Spectacles, Cie Pièces et Main d’Œuvre et La Morsure. En 2013, elle accepte l’invitation du  beatboxer EZRA, Cie Organic Orchestra, pour l’accompagner sur sa création numérique Bionic Orchestra 2.0 et les deux artistes se retrouvent en 2017 pour une création in-situ autour du Boléro intitulée (no) fandango. Elle rencontre l’écriture d’Yvann Alexandre sur Les Fragments Mobiles, comme interprète dans le “corps d’invité”. En 2019, le chorégraphe l’invite en solo pour Origami – Éclats Performatifs avec une version imaginée de nuit pour l’Abbaye Royale de l’Épau. 

En 2005, elle crée Zutano BaZar – Plateforme pluridisciplinaire autour du geste pour développer son travail artistique, en rencontre avec d’autres artistes. Travail de création et d’implantation territoriale forte, la compagnie fabrique des formes multiples mêlant artistes, population et lieux pluriels. Très engagée dans la question des réseaux, elle co-fonde D.O.G. (Danse Grand Ouest) en 2012, qui rassemble des lieux dirigés par des équipes chorégraphiques en Pays de Loire, Bretagne et Normandie et participe à Archipel – porté par le Théâtre Francine Vasse – Les Laboratoires Vivants, avec le soutien du MEAE – FFQCD, de l’OFQJ et de Nantes Métropole, depuis 2019.

De 2016 à 2022, elle devient artiste associée à Montval-sur-Loir (72), pour une résidence  qui lui donne un soutien à la création, à la diffusion, aux actions culturelles et pour une mission de programmation danse. 

En parallèle, elle construit un futur lieu de résidence pluridisciplinaire à Dissay-sous-Courcillon, L’Astragale, avec le régisseur Lénaïc Hureau : une maison d’accueil, un studio d’enregistrement, un studio de danse et une grange aménagée en petit théâtre. Le lieu ouvrira ses portes autour de 2020-21.

 

Parcours de création 

Après une première pièce en 2008-2010, VOYAGES, avec le regard extérieur de Nora Chipaumire, qui circule au Burkina Faso, au Sénégal et en République Démocratique du Congo, elle co-chorégraphie le quatuor Il n’est jamais trop tard en RD Congo avec Jacques Bana Yanga. La pièce est diffusée au CCF de Kinshasa, au Festival Dance Transmission à Kampala et à la biennale de la Danse Kaay Fecc à Dakar en 2011.

Entre 2011 et 2014, elle crée le laboratoire pluridisciplinaire {SIR-KU-LÉ}, qui produit des écritures in-situ à la Fonderie (Le Mans), à la Fabrique-Chantenay (Nantes), à ramdam (Sainte-Foy-lès-Lyon), au festival Autre Regard (Le Mans) et au Pays Vallée du Loir.  De ce laboratoire naît le groupe pop-rock glamour Pin-Up Suicide où elle tient le chant, et enregistre son premier EP au studio Old School Palace en juin 2017.

En 2016, elle reprend un travail de recherche personnel autour de la transformation et de l’adolescence. Puisque je suis courbe est un solo à trois corps avec le designer Antoine Berr, le créateur sonore Denis Monjanel, et le metteur en scène Pierre Sarzacq. Elle est aidée à la création par la Région Pays de la Loire, co-produite par la Scène Nationale Les Quinconces – L’espal et reçoit l’aide à la reprise de la DRAC Pays de la Loire.

La même année, elle crée avec Lénaïc Hureau Deep Z Tribute, solo « tout terrain » où elle rend hommage au groupe Led Zeppelin derrière des platines vinyles. 

Depuis 2017, elle travaille sur une création au long cours dans des lieux hors-champ de la diffusion culturelle, entremêlant recherche artistique, actions culturelles et expérimentation avec les habitants.

HUMAN SCALE est une pièce imaginée en deux opus, destinée à des lieux de vie/de croisement/de travail. Une première forme sous-titrée la petite échelle, est un trio féminin (création 2018).

Production expérimentale, la pièce innove dans son montage de production grâce à la participation de la commune, l’entreprise ARO Welding Technologies, la Pharmacie du Centre, le bar-tabac Le Celtique, l’Hôtel de la Gare et l’agence du Crédit Mutuel. Elle reçoit le soutien du nouveau dispositif Médiation Innovante 2018 de la Région Pays de la Loire, la SPEDIDAM ainsi que du mécénat financier et de nature des entreprises et commerces engagés.

La deuxième forme intitulée la grande échelle et prévue pour un sextet pour l’automne 2021 avec le soutien en co-production du CCN de Nantes, du CNAREP La Paperie ainsi que le Théâtre Francine Vasse (Nantes) et l’aide à la création de la Région Pays de la Loire.