Impromptus Chorégraphiques à Géométries Variables

Jusqu’à 6 interprètes multiples

« _ À taille humaine pourrait-on dire_
Mon questionnement sur la frontière résonne avec un monde brûlant. Je vais (re)commencer par ici, juste là. Quelles sont les premières distances ?
C’est l’envie de poser cette question dans le corps des autres, et surtout à celles et ceux qui ont des « corps en frontières ».
C’est l’urgence de danser pour quelqu’un, pour quelques minutes mais le plus souvent possible.
Danser dès que c’est possible, en tout lieu. »

Florence Loison poursuit son travail de recherche chorégraphique multiple vers une nouvelle création prévue pour 2018-19-20.
Prendre le temps avec plusieurs interprètes de continuer de ciseler mon écriture chorégraphique. Dans ce chemin, il est nécessaire de se permettre des « impromptus », sur tous les terrains.
Puis, nourris de cette expérience, une œuvre pourra prendre le temps de s’écrire.

Chorégraphe et conception : Florence Loison
Assistante à la chorégraphie et interprète : Marjorie Kellen
Groupe de travail : Marie Dissais, Maxime Herviou, Aurélien Jarry, Mathieu Joly, Pauline Yvard
Régie Technique : Lénaïc Hureau et Clémentine Pradier

Une production Zutano BaZar pour les saisons 2016-2017 / 2017-2018

DIFFUSION

2016 Campus en fête – Université du Maine – Le Mans – 20 septembre 2016
2017 Improvisons au Féminin – Théâtre Les Récollets – Montval-sur-Loir – 24 janvier 2017
Castel d’Or, Concours national de coiffure – Salle Orion – Montval-sur-Loir – 26 mars 2017
Bibliothèque-Ludothèque Juliette Drouet – Montval-sur-Loir – 17 et 20 mai 2017

HUMAN SCALE

La petite échelle – Création sur la saison 2018-2019
La grande échelle – Création sur la saison 2019-2020

« Mon chemin personnel d’engagement apprécie les lieux sans reconnaissance particulière, les corps amateurs – non formatés, les corps déformés, les corps « en frontières ».

Aujourd’hui, je tire le fil de la frontière pour continuer de développer mon propos artistique autour :
>>> de la transformation, du genre, de l’âge, de la classe sociale, de la transmission, des rituels d’une part,
>>> de territoires géographiques inexplorés pour/par les œuvres chorégraphiques, « faire exister la danse là où elle n’existe pas encore », conceptualiser une « danse tout terrain », d’autre part. »

Florence Loison, chorégraphe