Impromptus Chorégraphiques à Géométries Variables

Jusqu’à 6 interprètes multiples

” _ À taille humaine pourrait-on dire_
Mon questionnement sur la frontière résonne avec un monde brûlant. Je vais (re)commencer par ici, juste là. Quelles sont les premières distances ?
C’est l’envie de poser cette question dans le corps des autres, et surtout à celles et ceux qui ont des “corps en frontières”.
C’est l’urgence de danser pour quelqu’un, pour quelques minutes mais le plus souvent possible.
Danser dès que c’est possible, en tout lieu. “

Florence Loison poursuit son travail de recherche chorégraphique multiple vers une nouvelle création prévue pour 2018-19-20.
Prendre le temps avec plusieurs interprètes de continuer de ciseler son écriture chorégraphique. Dans ce chemin, il est nécessaire de se permettre des « impromptus », sur tous les terrains.
Puis, nourris de cette expérience, une œuvre de plateau pourra s’écrire.

Chorégraphe et conception : Florence Loison
Assistante à la chorégraphie et interprète : Marjorie Kellen
Groupe de travail : Marie Dissais, Maxime Herviou, Aurélien Jarry, Mathieu Joly, Pauline Yvard
Régie Technique : Lénaïc Hureau

Une production Zutano BaZar pour les saisons 2016-2017 / 2017-2018

DIFFUSION

2016 Campus en fête – Université du Maine – Le Mans – 20 septembre 2016
2017 Improvisons au Féminin – Théâtre Les Récollets – Montval-sur-Loir – 24 janvier 2017
Castel d’Or, Concours national de coiffure – Salle Orion – Montval-sur-Loir – 26 mars 2017
Bibliothèque-Ludothèque Juliette Drouet – Montval-sur-Loir – 17 et 20 mai 2017

HUMAN SCALE

La petite échelle – Création sur la saison 2018-2019
La grande échelle – Création sur la saison 2019-2020

“Mon chemin personnel d’engagement apprécie les lieux sans reconnaissance particulière, les corps amateurs – non formatés, les corps déformés, les corps « en frontières ».

Aujourd’hui, je tire le fil de ma dernière création pour continuer de développer mon propos artistique autour :
>>> de la transformation, du genre, de l’âge, de la classe sociale, de la transmission, des rituels d’une part,
>>> de territoires géographiques inexplorés pour/par les œuvres chorégraphiques, « faire exister la danse là où elle n’existe pas encore », conceptualiser une « danse tout terrain », d’autre part.”

Florence Loison, chorégraphe